652. Quand la nuit étend son voile


1
Quand la nuit étend ses voiles
Et que l'ombre va venir,
À vous voir, essaim d'étoiles,
Je me sens le cœur frémir.
Sous le dôme bleu des nues,
Dans le frais jardin des cieux,
De mon cœur si bien connues,
Je vous suis toujours des yeux. (bis)

2
Alphabet dont Dieu compose
Ce langage aux lettres d'or,
Que la nuit, quand tout repose,
Il nous parle et parle encor.
Ô splendeurs que Dieu marie,
Pour écrire au ciel obscur,
Le plus doux des noms : Patrie,
Sur le livre fait d'azur. (bis)

"Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche" Matthieu 4:17