Jésus-Christ: L'Ange de l'Eternel

« Car de Jérusalem il sortira un reste, et de la montagne de Sion des réchappés. Voilà ce que fera le zèle de l'Éternel des armées. C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel sur le roi d'Assyrie: Il n'entrera point dans cette ville, Il n'y lancera point de traits, Il ne lui présentera point de boucliers, Et il n'élèvera point de retranchements contre elle. Il s'en retournera par le chemin par lequel il est venu, Et il n'entrera point dans cette ville, dit l'Éternel. Je protégerai cette ville pour la sauver, À cause de moi, et à cause de David, mon serviteur. L'ange de l'Éternel sortit, et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt -cinq mille hommes. Et quand on se leva le matin, voici, c'étaient tous des corps morts. Alors Sanchérib, roi d'Assyrie, leva son camp, partit et s'en retourna; et il resta à Ninive. Or, comme il était prosterné dans la maison de Nisroc, son dieu, Adrammélec et Scharetser, ses fils, le frappèrent par l'épée, et s'enfuirent au pays d'Ararat. Et Ésar-Haddon, son fils, régna à sa place » (Esaïe 37:32-38).

Je voudrais commencer par aborder l'importance de reconnaître et de croire l’égalité qui existe entre Emmanuel et l'Ancien des Jours comme étant le seul et vrai Dieu. Sans avoir préalablement compris et accepté cette vérité, je voudrais vous exhorter à lire attentivement “ Jésus-Christ: Le Dieu TOUT-PUISSANT ” car il sera le tremplin qui peut vous propulser au-delà de la barrière qui empêche beaucoup de croyants à reconnaître la divinité du Christ. Rappelez-vous que le cœur ouvert aux vérités bibliques est le tunnel par lequel le Saint-Esprit peut canaliser ce que le Seigneur a promis à tous ses brebis avant son ascension: « Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:13).

Beaucoup de croyants ont été mis au défi de détecter les œuvres et la personne de Jésus-Christ dans les chapitres de l'Ancien Testament. Certains d’entre eux avaient peut-être utilisés leurs loupes pour chercher les empreintes du Seigneur. Si Jésus est la figure centrale des Saintes Ecritures peut-Il être absent de l'Ancien Testament? S'Il est en effet présent peut-Il être facilement détecté? Pour révéler le Sauveur du monde dans son état pré-incarné, nous devons utiliser notre détecteur de Christ en focalisant ses lentilles dans la langue, la réponse et l'interaction des personnalités divines tandis que la Parole inspirée se déroule de la Genèse à Malachie.

La difficulté de reconnaître la personne et les œuvres de Jésus avant sa naissance se trouve dans nos présuppositions, dans la fausse doctrine qui dit que les disciples du Christ n'ont plus besoin d'adhérer à l'Ancien Testament et dans notre manque de prière fervente pour la bonne compréhension de la Sainte Parole. On rencontre généralement la Bible après avoir reçu un bref résumé de celle-ci. Est-ce un mauvais concept? Absolument pas. Peut-il endommager la compréhension biblique de l'individu? Assurément! La meilleure pratique pour ceux qui sont prêts à extraire le maximum de la Parole inspirée est de l'aborder avec un esprit impartial tout en permettant au Saint-Esprit de dévoiler ce qu'Il a inspiré. Avant de nous plonger dans le thème suggestif, attachez votre ceinture car notre voyage peut être turbulent parfois. Que tout un chacun digère, avec un cœur ouvert, ce qui suit comme des vérités une fois invisibles et inaperçues de l'Écriture.

Le fait que quelqu’un reconnaisse Jésus seulement lorsqu’Il est titré: le Fils de l'homme, le Fils de Dieu, Emmanuel, le Messie, le Christ, l'Agneau nous fait comprendre qu’il existe parmi les lecteurs de la Bible une sous-estimation d’un autre titre par lequel Jésus est aussi appelé: «L’Ange de l’Eternel ». Explorons la Bible afin d'appliquer «L'Ange de l’Eternel» explicitement au Christ.

Pour débuter, il doit y avoir une analyse du titre lui-même particulièrement de l'article défini «le» qui différencie l'entité à laquelle il est attribué par opposition à «un ange du Seigneur » ; non seulement il est appliqué à la plupart des titres de Jésus, mais il ajoute de même l'unicité et la particularité de son attribution. Cela étant dit, comment pouvons-nous remédier Jésus comme un ange? Nous devons d'abord établir un nom angélique associé à la personne de Jésus (Michel). Le nom Michel, dans la forme hébraïque (Mikael), est défini comme suit: (1) Qui est comme Dieu? (2) Un ange. Jésus est l'unique entité qui « ... est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses: les choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités, toutes choses ont été créées par lui et pour lui » (Colossiens 1:15-16). « Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit » (Apocalypse 12:7-10).

Notez que dans le premier verset la notion de propriété est donnée à ce même Michel qui fait résonner que les anges Lui appartiennent comme un être suprême et en tant que Créateur. Cette scène nous présente Jésus dans un état angélique avant de devenir un homme sur la terre. Comment cette exposition est-elle liée à l'Ancien Testament? Bien que cette scène se déroule dans le dernier livre du Nouveau Testament, néanmoins, chronologiquement elle s’accomplisse dans une période antérieure à l'histoire de la création que l'on trouve dans le livre de la Genèse. Cet aspect de temps non séquentiel doit être clarifié dans un autre article. Nous devons prendre en considération le fait que «Jésus » n'était pas le nom par lequel le Sauveur du monde a été appelée avant l'accomplissement de sa mission terrestre. Nous trouvons cette confirmation dans la signification de «Jésus». Le Messie a du héritier le nom «Jésus» au début de son œuvre rédemptrice en fonction de son sens salvifique: «Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1:21). Nous pouvons donc conclure que le nom par lequel le Seigneur est appelé au cours d'une certaine période de temps ou durant un mandat spécifique se synchronise avec les devoirs qu'Il avait à remplir en fonction de ce nom et/ou titre. En outre, chaque titre peut être considéré comme chevauchant la précédente ou la suivante, basée sur sa fonctionnalité et selon la mission pour laquelle il Lui est donné: Michel comme chef des anges, Emmanuel Dieu est avec nous, Christ, l'Oint, le Fiancé, comme l’Epoux de l'Eglise, L'Ange de l’Eternel comme l’Ange qui guide et protège. Ce dernier titre prend tout son sens à travers l'histoire d'Israël, mais plus universellement dans le septième verset du psaume 34: « L'ange de l'Éternel campe autour de ceux qui le craignent, Et il les arrache au danger ».

Jésus, sous la forme d’une entité angélique, est largement répandue dans les pages de l’Ancien Testament. ‘L’Ange de l’Eternel’ apparaît pour la première fois dans l’histoire d’Agar, la mère d’Ismaël : « 7 L'ange de l'Éternel la trouva près d'une source d'eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur. 8 Il dit: Agar, servante de Saraï, d'où viens-tu, et où vas-tu ? Elle répondit: Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse. 9 L'ange de l'Éternel lui dit: Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main. 10 L'ange de l'Éternel lui dit: Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra la compter. 11 L'ange de l'Éternel lui dit: Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d'Ismaël; car l'Éternel t'a entendue dans ton affliction » (Genèse 16:7-11). Notez les attributs de Dieu à travers les mots de l’ange :

1. Au verset 8, la question formulée est en parallèle avec celle dont le Seigneur a interrogé le diable dans le livre de Job: « L'Éternel dit à Satan: D'où viens-tu? Et Satan répondit à l'Éternel: De parcourir la terre et de m'y promener » (Job 1 : 7). Certainement pas une coïncidence ! Soyez conscient que le Dieu omniscient savait d’où Agar et Satan venaient.
2. La bénédiction prononcée au verset 10 ne peut être promise que par Dieu car Lui seul possède cette capacité.
3. L'Ange du Seigneur prédit l'avenir d'Ismaël dans le onzième verset.
4. Avant de partir, les derniers mots de l'auteur et d'Agar tels qu'ils sont inscrits dans le verset 13 amplifient la véritable identité de l'ange qu'elle rencontra: «Et elle appela le nom de l'Éternel qui lui avait parlé: Tu es le Dieu qui te révèles; car elle dit: N'ai-je pas aussi vu ici, après qu'il s'est révélé? » Agar fait référence à l'Ange de l'Eternel, comme Seigneur et conclut en affirmant qu'elle avait vu Dieu. L'une des histoires célèbres de la Bible, qui concerne la réponse instantanée d'Abraham à la demande du Seigneur pour offrir Isaac sur le mont Morija, identifie avec éclat l'Ange de l’Eternel comme Jésus-Christ le Dieu Eternel : « 11 Alors l'ange de l'Éternel l'appela des cieux, et dit: Abraham ! Abraham ! Et il répondit: Me voici! 12 L'ange dit: N'avance pas ta main sur l'enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. 13 Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier, et l'offrit en holocauste à la place de son fils. 14 Abraham donna à ce lieu le nom de Jehova-Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui: À la montagne de l'Éternel il sera pourvu. 15 L'ange de l'Éternel appela une seconde fois Abraham des cieux, 16 et dit: Je le jure par moi-même, parole de l'Éternel ! parce que tu as fait cela, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, 17 je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. 18 Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix » (Genèse 22:11-18).

Lorsque Abraham fut mandaté pour offrir son fils unique, la Bible présente Dieu comme l'initiateur de la requête:
« Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit: Abraham ! Et il répondit: Me voici! Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai » (Genèse 22:1-2) ; mais dans le verset 12 du même chapitre, « L'ange dit: N'avance pas ta main sur l'enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique » ; il semblerait que la demande provient de l'Ange de l’Eternel. L'uniformité de la Divinité est en jeu dans ce passage afin d'informer l'humanité qu'il n'y a pas de différence dans l'exécution de la volonté de Dieu comme une famille trinitaire. C'est la dernière phrase de ce verset qui dicte que l'Ange de l’Eternel est Dieu où l’emphase se trouve dans le [m’] étant le complément d’objet direct de ‘as pas refuse’ qui se réfère à l’Ange de l’Eternel tandis que la demande fut adressée par Dieu au verset 2. Une fois de plus, nous pouvons découvrir, tout comme dans l'histoire précédente d’Agar, une bénédiction est promise et prononcée par l’Ange du Seigneur, mais cette fois avec une langue particulière (prestation de serment) qui est propre à Dieu— (‘Je le jure par moi-même’) :
« L'ange de l'Éternel appela une seconde fois Abraham des cieux, et dit: Je le jure par moi-même, parole de l'Éternel ! parce que tu as fait cela, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis » (Genèse 22:15-17). Cette phrase, uniquement attribuée à Dieu, ne passe inaperçu dans Jérémie 49:13 et Ésaïe 45:23.

« L'Éternel ouvrit la bouche de l'ânesse, et elle dit à Balaam: Que t'ai je fait, pour que tu m'aies frappée déjà trois fois ? L'Éternel ouvrit les yeux de Balaam, et Balaam vit l'ange de l'Éternel qui se tenait sur le chemin, son épée nue dans la main; et il s'inclina, et se prosterna sur son visage » (Nombres 22:28,31). Nous découvrons les œuvres de l'Ange de l’Eternel dans l'histoire de Balaam où Il démontre son habilité de faire parler un animal, d'ouvrir les yeux d'un pécheur qui est incapable de voir un être infini et de commander à Balaam. « L'ange de l'Éternel lui dit: Pourquoi as-tu frappé ton ânesse déjà trois fois ? Voici, je suis sorti pour te résister, car c'est un chemin de perdition qui est devant moi. L'ânesse m'a vu, et elle s'est détournée devant moi déjà trois fois; si elle ne se fût pas détournée de moi, je t'aurais même tué, et je lui aurais laissé la vie. Balaam dit à l'ange de l'Éternel: J'ai péché, car je ne savais pas que tu te fusses placé au-devant de moi sur le chemin; et maintenant, si tu me désapprouves, je m'en retournerai. L'ange de l'Éternel dit à Balaam: Va avec ces hommes; mais tu ne feras que répéter les paroles que je te dirai. Et Balaam alla avec les chefs de Balak » (Nombres 22:32-35).

Dans le livre des juges l'Ange de l’Eternel se nomme ‘le Libérateur d’Israël’ : « Un envoyé de l'Éternel monta de Guilgal à Bokim, et dit: Je vous ai fait monter hors d'Égypte, et je vous ai amenés dans le pays que j'ai juré à vos pères de vous donner. J'ai dit: Jamais je ne romprai mon alliance avec vous; et vous, vous ne traiterez point alliance avec les habitants de ce pays, vous renverserez leurs autels. Mais vous n'avez point obéi à ma voix. Pourquoi avez-vous fait cela? J'ai dit alors: Je ne les chasserai point devant vous; mais ils seront à vos côtés, et leurs dieux vous seront un piège. Lorsque l'envoyé de l'Éternel eut dit ces paroles à tous les enfants d'Israël, le peuple éleva la voix et pleura. Ils donnèrent à ce lieu le nom de Bokim, et ils y offrirent des sacrifices à l'Éternel » (Juges 2:1-5).

Dieu aurait-il partagé sa gloire avec une de ses créatures? Le Grand Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob aurait-il permis à un simple ange la prétention d’être divin? « Je suis l'Éternel, c'est là mon nom; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, Ni mon honneur aux idoles » (Esaïe 42:8).  « C'est pour l'amour de moi, pour l'amour de moi, que je veux agir; Car comment mon nom serait-il profané ? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre. Écoute-moi, Jacob ! Et toi, Israël, que j'ai appelé ! C'est moi, moi qui suis le premier, C'est aussi moi qui suis le dernier » (Esaïe 48:11-12). « Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût » (Jean 17:5).

Quelques chapitres plus tard, l'Ange de l’Eternel apparaît en deux fois aux parents de Samson qui reconnussent à la fin de la rencontre que l'homme qui leur a rendu visite était en réalité le Dieu du ciel et de la terre: « 2 Il y avait un homme de Tsorea, de la famille des Danites, et qui s'appelait Manoach. Sa femme était stérile, et n'enfantait pas. 3 Un ange de l'Éternel apparut à la femme, et lui dit: Voici, tu es stérile, et tu n'as point d'enfants; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. 4 Maintenant prends bien garde, ne bois ni vin ni liqueur forte, et ne mange rien d'impur. 5 Car tu vas devenir enceinte et tu enfanteras un fils. Le rasoir ne passera point sur sa tête, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère; et ce sera lui qui commencera à délivrer Israël de la main des Philistins. 6 La femme alla dire à son mari; Un homme de Dieu est venu vers moi, et il avait l'aspect d'un ange de Dieu, un aspect redoutable. Je ne lui ai pas demandé d'où il était, et il ne m'a pas fait connaître son nom. 7 Mais il m'a dit: Tu vas devenir enceinte, et tu enfanteras un fils; et maintenant ne bois ni vin ni liqueur forte, et ne mange rien d'impur, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère jusqu'au jour de sa mort. 8 Manoach fit cette prière à l'Éternel: Ah ! Seigneur, que l'homme de Dieu que tu as envoyé vienne encore vers nous, et qu'il nous enseigne ce que nous devons faire pour l'enfant qui naîtra ! 9 Dieu exauça la prière de Manoach, et l'ange de Dieu vint encore vers la femme. Elle était assise dans un champ, et Manoach, son mari, n'était pas avec elle. 10 Elle courut promptement donner cette nouvelle à son mari, et lui dit: Voici, l'homme qui était venu l'autre jour vers moi m'est apparu. 11 Manoach se leva, suivit sa femme, alla vers l'homme, et lui dit: Est-ce toi qui as parlé à cette femme ? Il répondit: C'est moi. 12 Manoach dit: Maintenant, si ta parole s'accomplit, que faudra-t-il observer à l'égard de l'enfant, et qu'y aura-t-il à faire ? 13 L'ange de l'Éternel répondit à Manoach: La femme s'abstiendra de tout ce que je lui ai dit. 14 Elle ne goûtera d'aucun produit de la vigne, elle ne boira ni vin ni liqueur forte, et elle ne mangera rien d'impur; elle observera tout ce que je lui ai prescrit. 15 Manoach dit à l'ange de l'Éternel: Permets-nous de te retenir, et de t'apprêter un chevreau. 16 L'ange de l'Éternel répondit à Manoach: Quand tu me retiendrais, je ne mangerais pas de ton mets; mais si tu veux faire un holocauste, tu l'offriras à l'Éternel. Manoach ne savait point que ce fût un ange de l'Éternel. 17 Et Manoach dit à l'ange de l'Éternel: Quel est ton nom, afin que nous te rendions gloire, quand ta parole s'accomplira ? 18 L'ange de l'Éternel lui répondit: Pourquoi demandes -tu mon nom ? Il est merveilleux. 19 Manoach prit le chevreau et l'offrande, et fit un sacrifice à l'Éternel sur le rocher. Il s'opéra un prodige, pendant que Manoach et sa femme regardaient. 20 Comme la flamme montait de dessus l'autel vers le ciel, l'ange de l'Éternel monta dans la flamme de l'autel. À cette vue, Manoach et sa femme tombèrent la face contre terre. 21 L'ange de l'Éternel n'apparut plus à Manoach et à sa femme. Alors Manoach comprit que c'était l'ange de l'Éternel, 22 et il dit à sa femme: Nous allons mourir, car nous avons vu Dieu » (Juges 13:2-22).

Ce passage présente de nombreuses identités du Seigneur. Tout d'abord, le narrateur le révèle comme «l'Ange de l’Eternel » (v. 3). Deuxièmement, la femme de Manoach le présente comme «un homme de Dieu» (v. 6). Troisièmement, Manoach supplie le Seigneur pour Son nom, mais ne reçoit que la réponse suivante: «Il est merveilleux» (v.18). Enfin, le couple se rendit compte que c'est Dieu Lui-même qui était en leur compagnie (v.22).

« Jacob entendit les propos des fils de Laban, qui disaient: Jacob a pris tout ce qui était à notre père, et c'est avec le bien de notre père qu'il s'est acquis toute cette richesse. 2 Jacob remarqua aussi le visage de Laban; et voici, il n'était plus envers lui comme auparavant. 3 Alors l'Éternel dit à Jacob: Retourne au pays de tes pères et dans ton lieu de naissance, et je serai avec toi. Jacob fit 4 appeler Rachel et Léa, qui étaient aux champs vers son troupeau. 5 Il leur dit: Je vois, au visage de votre père, qu'il n'est plus envers moi comme auparavant; mais le Dieu de mon père a été avec moi. 6 Vous savez vous-mêmes que j'ai servi votre père de tout mon pouvoir. 7 Et votre père s'est joué de moi, et a changé dix fois mon salaire; mais Dieu ne lui a pas permis de me faire du mal. 8 Quand il disait: Les tachetées seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits tachetés. Et quand il disait: Les rayées seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits rayés. 9 Dieu a pris à votre père son troupeau, et me l'a donné. 10 Au temps où les brebis entraient en chaleur, je levai les yeux, et je vis en songe que les boucs qui couvraient les brebis étaient rayés, tachetés et marquetés. 11 Et l'ange de Dieu me dit en songe: Jacob ! Je répondis: Me voici! 12 Il dit: Lève les yeux, et regarde: tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés; car j'ai vu tout ce que te fait Laban. 13 Je suis le Dieu de Béthel, où tu as oint un monument, où tu m'as fait un voeu. Maintenant, lève-toi, sors de ce pays, et retourne au pays de ta naissance » (Genèse 31:1-13).

Jacob reconnaît le messager comme L'Ange de Dieu tandis que Christ s'identifie à Jacob comme le Dieu de Béthel (v.13) et lui rappelle que c'est avec Lui que Jacob s’est rencontré dans le trente-cinquième chapitre du livre de Genèse.

« 10 Les yeux d'Israël étaient appesantis par la vieillesse; il ne pouvait plus voir. Joseph les fit approcher de lui; et Israël leur donna un baiser, et les embrassa. 11 Israël dit à Joseph: Je ne pensais pas revoir ton visage, et voici que Dieu me fait voir même ta postérité. 12 Joseph les retira des genoux de son père, et il se prosterna en terre devant lui. 13 Puis Joseph les prit tous deux, Éphraïm de sa main droite à la gauche d'Israël, et Manassé de sa main gauche à la droite d'Israël, et il les fit approcher de lui. 14 Israël étendit sa main droite et la posa sur la tête d'Éphraïm qui était le plus jeune, et il posa sa main gauche sur la tête de Manassé: ce fut avec intention qu'il posa ses mains ainsi, car Manassé était le premier-né. 15 Il bénit Joseph, et dit: Que le Dieu en présence duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, que le Dieu qui m'a conduit depuis que j'existe jusqu'à ce jour, 16 que l'ange qui m'a délivré de tout mal, bénisse ces enfants ! Qu'ils soient appelés de mon nom et du nom de mes pères, Abraham et Isaac, et qu'ils multiplient en abondance au milieu du pays ! » (Genèse 48:10-16). Remarquez comment Jacob, dans le dernier verset, déclare que l'Ange est Dieu en l’identifiant non seulement comme Celui qui l'a délivré, mais aussi comme Celui qui devait bénir ses fils. Tout comme le Saint-Esprit témoigna au sujet du Christ après Son ascension (Jean 15:26) Jacob, de la même manière, a témoigné de la personne et des oeuvres du Christ avant Son incarnation.

Dirigeons notre regard vers un autre passage bien connu de l'Écriture qui présente la rencontre de Moïse avec le buisson ardent où la présence de l'Ange du Seigneur est à peine remarquée: « Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb. L'ange de l'Éternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d'un buisson. Moïse regarda; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. Moïse dit: Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point. L'Éternel vit qu'il se détournait pour voir; et Dieu l'appela du milieu du buisson, et dit: Moïse ! Moïse ! Et il répondit: Me voici! Dieu dit: N'approche pas d'ici, ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte. Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu » (Exode 3:1-6).

La Bible ne présente pas deux entités différentes au milieu du buisson. Tout comme l’histoire d’Abraham sur le mont Morija, l’auteur de l’Exode entre change le nom de la seule personnalité divine ici présente—Dieu et l'Ange de l’Eternel. Cela ne se fait pas dans le but de confondre le lecteur, mais plutôt de l’informer que l'être divin en question est lui-même l'auto attributaire de ces titres. Puisque le but de cette exposition est d'identifier «l'Ange de l’Eternel» comme Jésus, nous trouvons ici un nom particulier donné à Moïse d’où ce même nom est répété par Jésus au cours de l'un de ses confrontations avec les Pharisiens. Dans le verset 14 de l'Exode 3, Dieu partage avec le futur chef d'Israël le nom par lequel il doit être présenté : « Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis. Et il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui s'appelle Je Suis m'a envoyé vers vous » (Exode 3:14).

Dans Jean 8:58, le Christ révèle aux Pharisiens Son éternité en élargissant l’infinité de Son existence contre celle d'Abraham qui a eu un commencement et une fin, même si ses années dans la chair n’étaient pas plus grandes que celles d'Abraham « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, JE SUIS » (Jean 8 :58). Lorsque Christ s'identifia aux Pharisiens comme le JE SUIS qui a parlé à Moïse Il est également en train de rassurer les docteurs de la Loi (à l'époque) et les lecteurs de la loi (à l'époque et encore aujourd'hui) qu’Il est en réalité «l'Ange de l’Eternel ».

L’ Ange de l’Eternel apparu de même dans Juges 5:23; 6:11; 13:3, 13; 2 Samuel 24: 16; 1 Rois 19:7; 2 Rois 1:3; 2 Rois 19:35; 1 Chroniques 21:12; Zacharie 3:1.

« … J'ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m'a donné d’accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu'il a envoyé. Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! » (Jean 5:36-40).
"Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche" Matthieu 4:17